ALDO CHAPARRO

MEXIQUE

Aldo Chaparro, le sens du post-industrialisme

    Né en 1965 - Vit et travaille entre Mexico City, Lima, Los Angeles. Son travail se concentre sur l'utilisation de la sculpture et de la peinture pour explorer la forme de manière post-industrielle. Chaparro explore la forme à travers le vide, la matière et le corps humain en utilisant des processus rapides pour transformer des matériaux préfabriqués en objets uniques. À l'aide d'éléments couramment utilisés pour la construction, il crée des formes en équilibre en manipulant et en soustrayant de la matière.


Tout au long de sa carrière, sous l'influence des artistes Michaelangelo Pistolleto ou Robert Morris, l'artiste travaille sur le reflet et l'effet miroir qui ont toujours été les points clés de sa réflexion. Au fil du temps, il a développé des liens étroits avec ses matériaux de prédilection comme l’acier, le bois et le néon.

Sur ses aciers pliés, la finesse industrielle, la propreté et la qualité de réflexion du métal est en contraste avec la nature violente des sculptures. 

Il applique sur les matériaux, une force tout en laissant les feuilles d’acier décider de leur propre forme. Sa maîtrise et la technique qu’il a acquise lui permettent d’obtenir du métal un aspect de papier froissé rappelant une feuille chiffonnée jetée à la poubelle. Le métal perd ainsi de sa rigueur formelle et devient un élément fragile. Le processus utilisé permet une cristallisation unique de la couleur sans que la peinture ne soit endommagée lors du pliage. Les finitions colorées et brillantes rappellent les sculptures de Jeff Koons. À travers ces sculptures, Aldo Chaparro crée également une métaphore en jouant sur les apparences. En effet, ces dernières, au même titre que les êtres humains, paraissent parfois plus dur et plus violentes qu’elles ne le sont réellement.

Son travail sur le bois est réalisé dans une pratique  qui tend a décontextualiser les œuvres de leur champs d’origine. Dans sa série Totem, les solives en bois sont partiellement ou totalement brulées. Puis il sculpte le bois noirci lui donnant ainsi une seconde vie. Son art est ainsi conçu pour ce qu’il est et non pour ce qu’il pourrait représenter.


Ses oeuvres font partie notamment de grandes collections de Simon de Pury (Londres), Pierre Huber, la Fondation Jumex, Domenico de Sole Président du Conseil d’administration de Sotheby’s, ou du Perez Art Museum à Miami.

Logo 193 Gallery (500x500).jpg
Dossier de presse