GRÂCE DOROTHÉE TONG

CAMEROUN

Logo 193 Gallery (500x500).jpg

(English version below French version)

Grâce Dorothée Tong (1992-) est une artiste camerounaise qui vit et travaille à Douala.

En 2019 elle est diplômée de l'Institut des Beaux-Arts de l'Université de Douala à Nkongsamba mais enchaîne les ateliers et expositions avant la fin de son cursus. Au Doual'Art Center's (2017), à la galerie mam (2017), à la banque mondiale (2018), au musée national du Cameroun (2019) et au centre culturel d'Etterbeek (2020). Entre 2019 et 2021, l’artiste entre en résidence à Bandjoun Station, temple d’art contemporain désormais mythique ouvert par Barthélémy Toguo en 2013. Elle sera par ailleurs fortement soutenue par ce dernier qui l’incite volontiers à prendre des risques dans sa pratique. En effet, son cursus l'oriente plus vers le réalisme dans une hiérarchisation des pratiques artistiques. Toutefois, toujours dans un objectif introspectif, Grâce aime basculer du réalisme à l’abstrait et se risque plus récemment à l’installation pour aller plus loin encore dans cette recherche identitaire.

Marquée par une enfance orpheline, Grâce se présente au monde avec ses interrogations. L’art plus qu’une pratique est son outil pour se trouver. Elle explore dans son travail les notions d’identité et l’importance des liens interpersonnels dans la construction de l’individu.

“Ne pas connaître sa famille biologique n’est pas synonyme d’une identité incomplète, nous sommes aussi le produit de nos relations, l’art m’a aidé à le comprendre.”

Avec l’installation Ndochi, L’artiste étend ses recherches aux personnes avec lesquelles elle a grandi. Le Ndochi est un jeu africain qui consiste à éviter le ballon tout en rangeant des chaussures positionnées au centre. Le ballon utilisé pour ce jeu est généralement fabriqué de manière artisanale en matériaux de récupération. Grâce Dorothée Tong replonge ici dans ces moments de partage avec ses frères et sœurs de l’orphelinat, essentiels à sa construction identitaire. Elle fait également l’éloge de la ressource et de l’imagination dont les enfants peuvent faire preuve en situation de manque. Enfin, réalisée avec des lambeaux de chaussettes et de tee-shirt d'orphelins, l'installation présente entre les lignes une réflexion sur les dons aux orphelins, encore trop souvent constitués de secondes mains de très mauvaise qualité.